13/06/2016

Un Juif pour l'exemple (film)

Librement inspiré du roman homonyme de Jacques Chessex, le dernier film de Jacob Berger, Un Juif pour l’exemple, relate un drame survenu durant la Seconde Guerre mondiale, quand un marchand juif de bétail fut assassiné par des habitants de Payerne, partisans du nazisme.

On se souvient du scandale provoqué par la sortie du faux-roman de Jacques Chessex, court ouvrage plus proche d’un travail journalistique que d’une oeuvre de fiction: violemment pris à partie (notamment lors du carnaval de Payerne en 2009), l’écrivain sera placé au cœur d’une polémique jusqu’à son décès, accidentel, survenu durant une soirée de débat consacré au livre. A croire que quelques années après le rapport Bergier, l’examen par la Suisse de son passé récent reste problématique.

Le film de Jacob Berger est dense, intelligent, exigeant. Le travail des acteurs est remarquable: Bruno Ganz bien sûr, sa prestance magnifique, et plus encore Aurélien Patouillard, son physique (il y a du Goebbels chez cet acteur !) et son jeu si justes, excellent dans son rôle de petit chef zélé à moustache.

Le dispositif narratif, original, sert parfaitement l’intrigue. Le cinéaste a choisi de brouiller les repères en jouant sur les anachronismes, et cette construction fonctionne bien, qui permet de rendre le récit universel, de lui conférer une dimension exemplaire, hors des époques, hors du temps. Autre trouvaille, le cinéaste convoque Chessex dans ce film dont il est à la fois l’auteur et l’acteur, à différents âges de sa vie. Ces interventions permettent, pour qui s’intéresse à la biographie de l’écrivain, d’expliquer l’une des cause de son engagement dans l’écriture; elles donnent aussi l’occasion de questionner la réception de l’oeuvre et la manière dont Jacques Chessex, d’une certaine manière, était déjà considéré comme mort de son vivant (l’édifiante séquence de l’émission radio, en prologue).

L’une des forces du travail de Jacob Berger consiste à ouvrir de nombreuses pistes de réflexion. La question de la mémoire parcourt le film, en particulier la manière par laquelle celle-ci est prise en charge par les payernois: comment gérer l’héritage d’un tel drame ? Le spectateur ne peut ici que rester sur sa faim: pourquoi les habitants ont-ils réagi si violemment à la sortie du livre de Chessex ? Faut-il y voir une forme de culpabilité, de honte, ou peut-être n’ont-ils pas supporté de se voir donner des leçons de morale par la presse, les élites et la bonne société lémanique ? Ne faut-il pas voir dans leur réponse exacerbée une forme de résistance à une certaine arrogance, à un mépris très urbain de l’arrière-pays, de ces paysans mal dégrossis dont on se paie volontiers la tête, en ville ? On aurait également aimé en savoir un peu plus sur ces « nazis suisses », tant l’histoire officielle du pays semble affirmer qu’ils n’ont pas existé. Qui étaient-ils ? Dans quelles couches sociales se recrutaient-ils ? On aurait aimé mieux comprendre l’insertion de ce groupe d’admirateurs du Führer dans la société rurale d’alors. Garçons de ferme, garagiste, les protagoniste sont issus de milieux modestes: est-ce à dire qu’une partie de la bourgeoisie locale n’a pas succombé aux promesses du nouvel ordre européen ?

Autre point fort du film, alors que la thématique aurait pu s’y prêter, l’auteur n’est pas tombé dans le piège du militantisme, se refusant à donner des leçons de morale, posture particulièrement désagréable et caractéristique d’un certain cinéma suisse contemporain. Berger n’établit pas ces parallèles faciles et assez convenus entre la situation d’aujourd’hui et les « heures les plus sombres », se contentant de faire ce qu’il sait faire, raconter, mettre en scène une histoire, avec talent. Le spectateur, dont on présume qu’il est capable de se faire sa propre opinion de la situation, est laissé en fin de projection avec ses questions; c’est désormais à lui, d’une certaine manière, de faire sa part du travail.

Le film souffre néanmoins de quelques faiblesses. Dans une scène illustrant le sadisme du personnage, on voit le nazi Fernand Ischi fouetter sa maîtresse, nue sur un lit: sans doute s’agit-il là d’une des scènes les moins nécessaires du film. Présenter un nazi en brute sadique battant sa maîtresse: l’auteur n’a-t-il pas pris le risque du stéréotype ? Surtout, n’est-ce pas réduire la complexité du phénomène nazi à une simple psychopathologie ? On sait bien, au moins depuis Hannah Arendt, que les choses sont plus complexes que cela. Le nazisme est aussi un opportunisme, une lâcheté, une jalousie, une facilité; le film l’illustre parfaitement. On regrette également que les habitants, la société d’une manière générale, soient pareillement absents du film de Berger: les rues sont étonnamment vides, les cafés fréquentés uniquement par les protagonistes, il n’y a personne dans les commerces… Involontairement sans doute, car on ne voit pas bien en quoi cela servirait l’intrigue, le cinéaste donne à voir une ville à l’ambiance post-apocalyptique: s’agit-il d’un parti pris esthétique ? Ou plus vraisemblablement, malheureusement, d’une absence de moyens ? Car le film, à l’évidence, aurait mérité un financement plus conséquent. Ou sont les figurants ? Les décors, les costumes ? Malgré le jeu entre les époques, on aurait apprécié parfois une reconstitution un peu plus aboutie de la ville d’alors (car c’est aussi ça, le cinéma, n’est-ce pas ?). Et que penser de cette scène d’une virée à moto, visiblement tournée sur fond vert avec décor mouvant en arrière-fond, dont l’artificialité est gênante ? S’il y a bien quelque chose que le spectateur ne veut pas voir, ce sont les ficelles, les astuces, les coulisses.

Un juif pour l’exemple n’en reste pas moins un excellent film, qui rend brillamment hommage à Jacques Chessex.

Un Juif pour l’exemple
Film de Jacob Berger
Suisse, France, 1h13
Date de sortie en salle: 14 septembre 2016

Le cinéaste: Jacob Berger est un cinéaste d’origine britannique et suisse, né à Lydney, en Grande-Bretagne, en 1963. Dans les années 1990, il enchaîne une série de reportages et une série de téléfilms avant de se lancer dans les années 2000 dans la réalisation d’un long-métrage pour le cinéma. En 2007, paraît le film Une journée, récompensé dans plusieurs festivals. Il est également scénariste.

21:09 Publié dans Culture | Tags : chessex, cinéma, critique | Lien permanent | Commentaires (15)

Commentaires

J'ai le livre mais sa lecture insoutenable - m'a-t-on dit - m'a été déconseillée.

Je vais donc voir le film en différé. Merci pour l'info!

Écrit par : Patoucha | 18/06/2016

"Je vais donc voir le film en différé. Merci pour l'info!"

Etonnement, j'avais pris connaissance de cette affaire non pas grâce au livre de Jacques Chessex mais par un documentaire de la TSR. Je ne sais plus quelle année mais je l'ai enregistré il y a très très longtemps, sur cassette vidéo, .... c'est dire.

Omerta à Payerne.

Un petit quelque chose de l'Affaire Dominici, y rajouter beaucoup de jalousie infondée, un socle d'antisémitisme rural solidement planté dans les consciences, un fond d'air favorable à l'idéologie nazi et un maquignon juif candide qui en fera les frais et dont on retrouvera au fond du lac les parties logées chacune dans autant de bidons de lait identifiables. Au mépris des preuves avérées, aucun de ses "collègues" et voisins ne sera jamais inquiété.

Il y a aussi le dramatique contre exemple avec le triste destin que connaîtra Paul Grüninger.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Gr%C3%BCninger

Écrit par : Giona | 18/07/2016

Giona @ "Au mépris des preuves avérées, aucun de ses "collègues" et voisins ne sera jamais inquiété." Ils ont tous été condamné, que je sache. Y compris leur instigateur à Lausanne, Philippe Lugrin, 20 ans de prison.

http://www.24heures.ch/vivre/histoire/15-fevrier-1943-assassins-arthur-bloch-juges/story/27687170

Et franchement, je ne vois pas le rapport avec Grüninger, qui n'a tué personne...

Écrit par : Géo | 18/07/2016

"Et franchement, je ne vois pas le rapport avec Grüninger, qui n'a tué personne..."

Ben.... Géo, vous ne savez plus lire? Giona fait allusion justement de ce qu'a subi Grüninger pour avoir "aidé des centaines de réfugiés juifs fuyant le nazisme, leur permettant ainsi d’entrer dans le pays, après que le Conseil fédéral a pris la décision de fermer les frontières de la Suisse." Il a enfreint l'ordre et a fini sa vie dans la pauvreté, privé de sa retraite! (dixit wikipédia) Giona, vous a pourtant donné le lien.....

"En 1919, il est nommé lieutenant, puis en 1925 capitaine, et de ce fait, commandant de la police cantonale de Saint-Gall. En 1938, après l'Anschluss, l'annexion de l'Autriche par l'Allemagne, et après la décision du Conseil fédéral de fermer les frontières de la Suisse, Paul Grüninger fournit des papiers avec de fausses données à des centaines de réfugiés juifs fuyant le nazisme, leur permettant ainsi d’entrer dans le pays.

"Par arrêtés des 31 mars et 12 mai 1939, il fut suspendu de son poste par le gouvernement cantonal, puis licencié sur-le-champ et condamné en 1940 par le tribunal du district de Saint-Gall pour manquement aux devoirs de sa charge et falsification de documents1. Privé de retraite, il dut ensuite subsister difficilement d'emplois précaires et vécut jusqu'à la fin de sa vie dans la pauvreté."

"Comme dans le cas de Carl Lutz, il ne fut pas « réhabilité » dans son pays avant 1970, et ne le fut pleinement qu'en 1996, un quart de siècle après sa mort. Il reçut le titre de Juste parmi les nations peu avant sa mort."

Écrit par : Patoucha | 19/09/2016

c'est comme si la Suisse romande se devait d'avoir aussi sa victime juive, comme si cela n'aurait pu être autrement !

Comme un luxe longuement fermenté et enfin relâché dans cette ambiance ponctuée de faux silences. La folie des hommes surpasse bien des sermons, rien ne peut l'arrêter. Mais pourquoi Payerne ?

La ville des Brandons, ces catharsis méticuleuses, ces interdits bravés et soudain la fête est finie, la communauté retombe dans l'attente d'un prochain exutoire.

Le livre de Jacques est transperçant, il le connaissait bien son canton, jusqu'aux portes fribourgeoises, là bas. Il en soupesait sa rugosité et ses tics, le silence ne se propage pas de manière uniforme et la foudre ne retombe que rarement au même endroit, mais c'est pourtant bien là que ça c'est passé. Ils avaient vraiment "déconnés" ce jour là, ils en avaient souvent parler, mais ce jour là, ils se turent, c'est à ça, qu'ils ont été reconnus !

La seule question qui se pose, ont-ils compris la leçon ou pas ?

Ont-ils compris que si l'ont ne fait pas de bruit, c'est comme lorsque les enfants font tomber dans leur sillage un silence anormal, les parents savent que c'est mauvais signe et qu'il faut aller surveiller la nichée, peut être que Jacques voulait prendre le rôle du père dans cette affaire cachant un infantilisme collectif !!!

Écrit par : Corto | 03/08/2016

"Ben.... Géo, vous ne savez plus lire?" Si, justement, je sais. Alors, à partir de votre commentaire, pourquoi ne pas avoir abordé le scandale du "J" dans le passeport tant qu'on y est ? Et il y a sûrement plein d'autres trucs antisémites à reprocher aux Suisses, puisque tel est le but de votre existence.

Écrit par : Géo | 20/09/2016

" Et il y a sûrement plein d'autres trucs antisémites à reprocher aux Suisses, puisque tel est le but de votre existence."

Ces lignes n'engagent que vous!

J'ai sûrement bien mieux défendu la Suisse que vous qui étiez aux abonnés absents suite aux commentaires de Lyonnais du 69 du 23.04.2010 dans le billet: "JEUNE FRANCAIS ABATTU EN SUISSE: LA JUSTICE FRANCAISE DOIT AGIR"!!!
Et vous, quelle preuve avez-vous dans votre accusation?

"pourquoi ne pas avoir abordé le scandale du "J" dans le passeport tant qu'on y est ?"

Je n'ai pas fait partie du rapport Berger que vous déniez!

Ce commentaire est bien de vous Géo?

Géo 20 juin 2010 passiondelire.blog.24heures.ch "La Suisse entre mythes et clichés"

Écrit par : Patoucha | 22/09/2016

Je ne passe toujours pas! :(

le blog de Julien Sansonnens
Critiques littéraires, actualité, idées.
Désolé, erreur à l'envoi de ce commentaire

Revenir à la page d'accueil du blog.

Écrit par : Patoucha | 22/09/2016

Mission impossible pour le commentaire? À moins que Monsieur Sansonnens, veuille bien poster le poster... Dans le cas contraire, je n'insisterai pas.

Meilleures salutations

Patoucha

Écrit par : Patoucha | 22/09/2016

" Et il y a sûrement plein d'autres trucs antisémites à reprocher aux Suisses, puisque tel est le but de votre existence."

Ces lignes n'engagent que vous!

J'ai sûrement bien mieux défendu la Suisse que vous qui étiez aux abonnés absents suite aux commentaires de Lyonnais du 69 du 23.04.2010 dans le billet: "JEUNE FRANCAIS ABATTU EN SUISSE: LA JUSTICE FRANCAISE DOIT AGIR"!!!
Et vous, quelle preuve avez-vous dans votre accusation?

"pourquoi ne pas avoir abordé le scandale du "J" dans le passeport tant qu'on y est ?"

Je n'ai pas fait partie du rapport Berger que vous déniez!

Ce commentaire est bien de vous Géo?

Géo 20 juin 2010 passiondelire.blog.24heures.ch "La Suisse entre mythes et clichés"

Ce cinglé juif nazi commence à sérieusement nous taper sur le système. Je pensais n'être qu'anti-sioniste, mais plus je lis Maurice – Corto – Sabourjian, plus je comprends que le peuple allemand, si civilisé fût-il, a un jour pété les plombs et admis qu'il n'y avait plus qu'une solution pour ce peuple de tarés égocentriques, arrogants au-delà de l'humain: la finale. Toutes les explications bassement marxistes, du genre la haine de ceux qui n'ont pas le droit de faire de l'argent avec l'argent envers ceux qui le font sans scrupule, cela ne tient pas la route. Nous avons en fait de la chance, sur ce site, de lire les éructations de ce nazijuif: on sait maintenant ce que beaucoup d'entre eux pensent. Lui est assez con pour le mettre au grand jour.
Il faut impérativement que l'Occident se désolidarise complétement des intérêts d'Israël, qui nous mène tout droit à la confrontation mondiale: Tous les peuples émergents sous la direction de la Chine contre l'Occident, les cochonneries israéliennes étant le panache
rouge sur lequel foncent tous les pays émergents du monde"

J'attends votre réponse!

Écrit par : Patoucha | 22/09/2016

" Et il y a sûrement plein d'autres trucs antisémites à reprocher aux Suisses, puisque tel est le but de votre existence."

Ces lignes n'engagent que vous!

J'ai sûrement bien mieux défendu la Suisse que vous qui étiez aux abonnés absents suite aux commentaires de Lyonnais du 69 du 23.04.2010 dans le billet: "JEUNE FRANCAIS ABATTU EN SUISSE: LA JUSTICE FRANCAISE DOIT AGIR"!!!
Et vous, quelle preuve avez-vous dans votre accusation?

"pourquoi ne pas avoir abordé le scandale du "J" dans le passeport tant qu'on y est ?"

Je n'ai pas fait partie du rapport Berger que vous déniez!

Ce commentaire est bien de vous Géo?

Géo 20 juin 2010 passiondelire.blog.24heures.ch "La Suisse entre mythes et clichés"

Ce cinglé juif nazi commence à sérieusement nous taper sur le système. Je pensais n'être qu'anti-sioniste, mais plus je lis Maurice – Corto – Sabourjian, plus je comprends que le peuple allemand, si civilisé fût-il, a un jour pété les plombs et admis qu'il n'y avait plus qu'une solution pour ce peuple de tarés égocentriques, arrogants au-delà de l'humain: la finale. Toutes les explications bassement marxistes, du genre la haine de ceux qui n'ont pas le droit de faire de l'argent avec l'argent envers ceux qui le font sans scrupule, cela ne tient pas la route. Nous avons en fait de la chance, sur ce site, de lire les éructations de ce nazijuif: on sait maintenant ce que beaucoup d'entre eux pensent. Lui est assez con pour le mettre au grand jour.
Il faut impérativement que l'Occident se désolidarise complétement des intérêts d'Israël, qui nous mène tout droit à la confrontation mondiale: Tous les peuples émergents sous la direction de la Chine contre l'Occident, les cochonneries israéliennes étant le panache
rouge sur lequel foncent tous les pays émergents du monde"

J'attends votre réponse!

Écrit par : Patoucha | 22/09/2016

" Et il y a sûrement plein d'autres trucs antisémites à reprocher aux Suisses, puisque tel est le but de votre existence."

Ces lignes n'engagent que vous!

J'ai sûrement bien mieux défendu la Suisse que vous qui étiez aux abonnés absents suite aux commentaires de Lyonnais du 69 du 23.04.2010 dans le billet: "JEUNE FRANCAIS ABATTU EN SUISSE: LA JUSTICE FRANCAISE DOIT AGIR"!!!
Et vous, quelle preuve avez-vous dans votre accusation?

"pourquoi ne pas avoir abordé le scandale du "J" dans le passeport tant qu'on y est ?"

Je n'ai pas fait partie du rapport Berger que vous déniez!

Ce commentaire est bien de vous Géo?

Géo 20 juin 2010 passiondelire.blog.24heures.ch "La Suisse entre mythes et clichés"

Ce cinglé juif nazi commence à sérieusement nous taper sur le système. Je pensais n'être qu'anti-sioniste, mais plus je lis Maurice – Corto – Sabourjian, plus je comprends que le peuple allemand, si civilisé fût-il, a un jour pété les plombs et admis qu'il n'y avait plus qu'une solution pour ce peuple de tarés égocentriques, arrogants au-delà de l'humain: la finale. Toutes les explications bassement marxistes, du genre la haine de ceux qui n'ont pas le droit de faire de l'argent avec l'argent envers ceux qui le font sans scrupule, cela ne tient pas la route. Nous avons en fait de la chance, sur ce site, de lire les éructations de ce nazijuif: on sait maintenant ce que beaucoup d'entre eux pensent. Lui est assez con pour le mettre au grand jour.
Il faut impérativement que l'Occident se désolidarise complétement des intérêts d'Israël, qui nous mène tout droit à la confrontation mondiale: Tous les peuples émergents sous la direction de la Chine contre l'Occident, les cochonneries israéliennes étant le panache
rouge sur lequel foncent tous les pays émergents du monde"

J'attends votre réponse!

Écrit par : Patoucha | 22/09/2016

" Et il y a sûrement plein d'autres trucs antisémites à reprocher aux Suisses, puisque tel est le but de votre existence."

Ces lignes n'engagent que vous!

J'ai sûrement bien mieux défendu la Suisse que vous qui étiez aux abonnés absents suite aux commentaires de Lyonnais du 69 du 23.04.2010 dans le billet: "JEUNE FRANCAIS ABATTU EN SUISSE: LA JUSTICE FRANCAISE DOIT AGIR"!!!
Et vous, quelle preuve avez-vous dans votre accusation?

"pourquoi ne pas avoir abordé le scandale du "J" dans le passeport tant qu'on y est ?"

Je n'ai pas fait partie du rapport Berger que vous déniez!

Ce commentaire est bien de vous Géo?

Géo 20 juin 2010 passiondelire.blog.24heures.ch "La Suisse entre mythes et clichés"

Ce cinglé juif nazi commence à sérieusement nous taper sur le système. Je pensais n'être qu'anti-sioniste, mais plus je lis Maurice – Corto – Sabourjian, plus je comprends que le peuple allemand, si civilisé fût-il, a un jour pété les plombs et admis qu'il n'y avait plus qu'une solution pour ce peuple de tarés égocentriques, arrogants au-delà de l'humain: la finale. Toutes les explications bassement marxistes, du genre la haine de ceux qui n'ont pas le droit de faire de l'argent avec l'argent envers ceux qui le font sans scrupule, cela ne tient pas la route. Nous avons en fait de la chance, sur ce site, de lire les éructations de ce nazijuif: on sait maintenant ce que beaucoup d'entre eux pensent. Lui est assez con pour le mettre au grand jour.
Il faut impérativement que l'Occident se désolidarise complétement des intérêts d'Israël, qui nous mène tout droit à la confrontation mondiale: Tous les peuples émergents sous la direction de la Chine contre l'Occident, les cochonneries israéliennes étant le panache
rouge sur lequel foncent tous les pays émergents du monde"

J'attends votre réponse!

Écrit par : Patoucha | 22/09/2016

" Et il y a sûrement plein d'autres trucs antisémites à reprocher aux Suisses, puisque tel est le but de votre existence."

Ces lignes n'engagent que vous!

J'ai sûrement bien mieux défendu la Suisse que vous qui étiez aux abonnés absents suite aux commentaires de Lyonnais du 69 du 23.04.2010 dans le billet: "JEUNE FRANCAIS ABATTU EN SUISSE: LA JUSTICE FRANCAISE DOIT AGIR"!!!
Et vous, quelle preuve avez-vous dans votre accusation?

"pourquoi ne pas avoir abordé le scandale du "J" dans le passeport tant qu'on y est ?"

Je n'ai pas fait partie du rapport Berger que vous déniez!

Ce commentaire est bien de vous Géo?

Géo 20 juin 2010 passiondelire.blog.24heures.ch "La Suisse entre mythes et clichés"

Ce cinglé juif nazi commence à sérieusement nous taper sur le système. Je pensais n'être qu'anti-sioniste, mais plus je lis Maurice – Corto – Sabourjian, plus je comprends que le peuple allemand, si civilisé fût-il, a un jour pété les plombs et admis qu'il n'y avait plus qu'une solution pour ce peuple de tarés égocentriques, arrogants au-delà de l'humain: la finale. Toutes les explications bassement marxistes, du genre la haine de ceux qui n'ont pas le droit de faire de l'argent avec l'argent envers ceux qui le font sans scrupule, cela ne tient pas la route. Nous avons en fait de la chance, sur ce site, de lire les éructations de ce nazijuif: on sait maintenant ce que beaucoup d'entre eux pensent. Lui est assez con pour le mettre au grand jour.
Il faut impérativement que l'Occident se désolidarise complétement des intérêts d'Israël, qui nous mène tout droit à la confrontation mondiale: Tous les peuples émergents sous la direction de la Chine contre l'Occident, les cochonneries israéliennes étant le panache
rouge sur lequel foncent tous les pays émergents du monde"

J'attends votre réponse!

Écrit par : Patoucha | 22/09/2016

MDR MDR Pour un Bug c'est un bug?!!!!!!! C'est passé toutes les 24 heures...

Coucou Géo, aucune réponse?

Écrit par : Patoucha | 28/09/2016

Les commentaires sont fermés.